RTFlash

Avenir

Une puce électronique qui détecte le cancer

Des chercheurs israéliens ont mis au point une puce capable de détecter dans notre haleine de minuscules molécules caractéristiques de dix-sept maladies. Pour mettre au point ce dispositif de dépistage, les chercheurs du Technion-Institut de technologie d’Israël ont misé sur la détection des composés organiques volatils (COV). Il s’agit de molécules de faible poids que l’on retrouve dans le sang, les selles, les urines… et dans l’haleine.

Les scientifiques ont conçu une puce intelligente, dotée de nanoparticules en or. Autant de capteurs qui lui permettent d’analyser la présence dans l’haleine de COV correspondant à des maladies.

Parmi elles, des cancers du poumon, du côlon-rectum, du cou et de la tête, de l’ovaire, de la vessie, de la prostate, du rein et de l’estomac, mais aussi la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, le syndrome de l’intestin irritable, la maladie de Parkinson (idiopathique ou atypique), la sclérose en plaques, l’hypertension artérielle pulmonaire, la pré-éclampsie ou encore la maladie rénale chronique.

Pour mettre au point leur « puce médecin », les chercheurs ont ensuite analysé 2 808 d’échantillons d’air récupérés chez 1 404 personnes. En recoupant tous les résultats, ils ont pu ainsi répertorier 17 COV correspondant à autant de maladies. Quant à la « super-puce », elle affiche une efficacité de 86 %. Une première.

Si de nouvelles recherches doivent être menées pour savoir si cette innovation peut être généralisée en médecine, ces résultats sont plus qu’encourageants, selon les experts. Tous voient en cette puce un outil de dispositif de diagnostic peu coûteux et facile d’utilisation.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

ACS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top