RTFlash

Premier vol du Lilium Jet, avion électrique à décollage vertical

Dans la rude compétition internationale pour commercialiser la première véritable "voiture volante", un projet ambitieux est en train de discrètement prendre corps. Lilium Aviation, une société allemande fondée en 2015 par quatre ingénieurs en aérospatiale, avait dévoilé en 2016 son projet d'avion électrique à décollage et atterrissage verticaux, ou Adav (aéronef à décollage et atterrissage verticaux) avec, notamment, le soutien de l'ESA (l'Agence spatiale européenne).

L'engin, baptisé Lilium Jet, a effectué ses premiers vols en Allemagne, « près de Munich ». La vidéo diffusée montre un décollage à la manière d'un hélicoptère avant une transition pour voler comme un avion. Il n'y avait aucun passager à bord de l'appareil, télécommandé depuis le sol, mais ses concepteurs assurent qu'un essai avec un pilote humain se fera sous peu. Les informations techniques sur cet avion électrique sont assez partielles. Sur le site Internet du constructeur, on apprend que les moteurs « fonctionnent comme les turbopropulseurs d'un jet classique ». Mais les schémas montrent surtout des petites hélices carénées.

Le Lilium Jet est équipé de 36 moteurs électriques, dont 24 sont disposés sur le bord arrière des deux ailes (le bord de fuite) à l'intérieur de volets mobiles, ce qui constitue l'originalité du concept. Douze autres sont montés sur des supports pivotants, à l'avant, de part et d'autre du nez. Selon les informations diffusées en 2016, le tout développerait 320 kW (soit 435 chevaux), ce qui est énorme pour un avion biplace mais moins étonnant pour un hélicoptère confortable.

Au moment du décollage, les volets et les supports orientent tous les moteurs vers le sol pour créer une poussée verticale. Une fois en l'air, ils reviennent progressivement à l'horizontale, en mode avion. On remarque que sur la vidéo, les phases de transition entre vols vertical et horizontal ne sont pas montrées. Ce sont pourtant les moments les plus délicats. Lilium Aviation indique avoir conçu un système de propulsion « ultraredondant » avec des composants indépendants, de telle sorte que la défaillance de plusieurs moteurs n'empêcherait pas d'atterrir à la verticale. Le même type de conception a été appliqué aux batteries qui alimentent le système mais, là encore, les explications sont succinctes.

Coté performances, le Lilium Jet est censé parcourir jusqu'à 300 kilomètres et atteindre une vitesse de pointe de 300 km/h. L'objectif final est d'en faire un avion à pilotage autonome, mais la version initiale sera manœuvrée par un pilote humain. Lilium évoque une technologie « Flight Envelope Protection System », donc une protection informatique empêchant le pilote de sortir de l'enveloppe (ou domaine) de vol, bref, de faire des manœuvres dangereuses. L'engin n'est pas conçu pour être un avion de voltige mais un moyen de transport le plus automatique possible.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

engadget

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top