RTFlash

La perte de confidentialité sur Internet, un mal nécessaire ?

La surveillance des communications et des transmissions électroniques pourra empiéter sur la vie privée, mais les gouvernements n'auront pas d'autre choix pour combattre le crime organisé à l'heure d'internet, ont estimé des juristes anglo-américains réunis cette semaine à Londres. "Je suis convaincu qu'une surveillance discrète se montrera la seule réponse efficace à une criminalité de plus en plus sophistiquée", a déclaré le juge britannique Murray Stuart-Smith, ancien directeur des services de renseignement et de sécurité de la Couronne (MI5 et MI6) et membre de la plus haute autorité judiciaire à la Chambre des Lords. "La protection du bien-être du plus grand nombre nécessitera de plus en plus une atteinte aux droits des quelques nuisibles." La Grande-Bretagne s'apprête à proposer au parlement une loi controversée qui obligerait les entreprises à installer des appareils permettant aux autorités d'intercepter et de décoder n'importe quel message électronique. Aucun autre pays occidental ne possède de moyens aussi étendus, sauf les Etats-Unis par leur système Echelon d'espionnage par satellite des communications par téléphone, fax et courrier électronique. Le juge américain William Webster, qui a fait partie de la direction de la CIA (Central Intelligence Agency) et du FBI (Federal Bureau of Investigation) a estimé que des mesures sévères pourraient sembler alarmantes aujourd'hui, mais que les opinions s'y feraient. "La confidentialité doit céder le pas dans certains domaines au droit des autres à être protégés", a-t-il déclaré jeudi devant l'Association du Barreau américain. Il a rappelé l'exemple des contrôles de sécurité dans les aéroports, qui ont été contestés juridiquement dans les années 1970 et sont maintenant acceptés par tous. L'Américain Jeffrey Hunker, membre du Conseil national de sécurité des Etats-Unis, a lui souligné qu'aucune autorité ne pouvait prétendre régenter le cyberespace et que les Etats devaient travailler avec le secteur privé. "Les récents dysfonctionnements d'internet montrent à quel point nous ne sommes pas préparés à réagir contre des attaques même relativement peu sophistiquées", a-t-il déclaré.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/000721/2/jbbq.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top