RTFlash

Avenir

Des nanoparticules recouvertes de composés antibiotiques pour éliminer des bactéries résistantes

Pour répondre au défi des bactéries résistantes à certaines variétés d’antibiotiques, des chercheurs brésiliens du Centro Nacional de Pesquisa em Energia e Materiais (CNPEM) ont développé une méthode innovante. Elle consiste à revêtir des nanoparticules composées d’argent et de silice avec une couche d’antibiotique. Par affinité chimique, le nouveau produit agit uniquement sur l’agent pathogène ciblé et le rend inerte au sein de l’organisme.

Cependant, les nanoparticules sont potentiellement toxiques pour les micro-organismes et les cellules humaines. La spécificité de ces nano-produits réside dans la quantité de produit transportable dans l’organisme pouvant agir sur les bactéries malveillantes. Les charges chimiques mobiles couplées aux ions argent viennent efficacement à bout des micro-organismes résistants.

Cette même stratégie peut être utilisée pour neutraliser des cellules cancéreuses ou du virus VIH. Des essais en laboratoire ont été réalisés pour certifier l’efficacité de ces nanoparticules sur la bactérie Escherichia coli, pouvant causer des infections alimentaires chez les mammifères. Il s’avère que le nano-antibiotique est plus efficace que l’ampicilline traditionnellement délivrée en cas de symptômes d’intoxication alimentaire.

La prochaine étape de certification serait des tests cliniques sur espèce animale. Le chercheur brésilien de la CNPEM, Mateus Borba Cardoso considère qu’à ce jour une forte concentration de ces nanoparticules est un prix bien peu élevé à payer pour l’organisme au vu des possibilités d’action de ces nano-antibiotiques sur des infections qui ne répondent à aucun traitement conventionnel.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top