RTFlash

Vivant

Maladie d'Alzheimer : un médicament contre le diabète inverse la perte de mémoire…

Une équipe britannique de l’Université de Lancaster a montré qu’un médicament initialement mis au point pour le traitement du diabète semble aussi avoir une efficacité thérapeutique pour traiter la maladie d'Alzheimer.

Ces conclusions, déjà cohérentes avec celles de précédentes recherches, pourront donc, sous réserve de confirmation, avoir des implications cruciales dans le traitement de la maladie d'Alzheimer. Le Professeur Christian Holscher, auteur principal de l’étude, décrit ce traitement comme « innovant et clairement prometteur » et plus largement pour traiter les troubles neurodégénératifs chroniques. Un début de réponse à l’émergence des démences, avec le vieillissement des populations et la nécessité, face à l’absence de traitement définitif, d’explorer de nouvelles indications pour les médicaments déjà disponibles pour traiter d'autres conditions. Cette approche permettrait en effet d’accélérer la disponibilité de nouvelles molécules.

De précédentes études sur des médicaments existants comme le liraglutide (analogue de GLP-1) ont déjà montré de réelles promesses pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Ici, il s’agit d’un médicament triple récepteur qui combine les 3 facteurs de croissance GLP-1 (glucagon-like peptide-1), GIP (Peptide insulinotrope dépendant du glucose) et Glucagon, des hormones gastro-intestinales qui stimulent la sécrétion d'insuline en cas de glycémie élevée.

Alors qu’il a déjà été démontré que les troubles de la signalisation des facteurs de croissance sont altérés dans le cerveau des patients atteints de la maladie d'Alzheimer, le médicament est testé pour protéger le cerveau de la dégénérescence. L'étude est menée sur des souris transgéniques qui expriment des gènes mutés humains responsables de la maladie d'Alzheimer. Une fois plus âgées et à stade de neurodégénérescence avancée, les souris ont été traitées.

Ce traitement permet en effet d’améliorer de manière significative la capacité d’apprentissage et de mémoire de ces souris modèles, telle qu’évaluée par le test du labyrinthe. En outre, les chercheurs constatent chez ces souris traitées : une diminution des plaques amyloïdes dans le cerveau liées à la maladie d'Alzheimer, une réduction de l'inflammation chronique et du stress oxydatif et enfin un ralentissement de la perte des cellules nerveuses.

Ces résultats très prometteurs suggèrent l'efficacité de ces nouveaux médicaments à récepteurs multiples développés au départ pour traiter le diabète de type 2, mais qui montrent ici des effets neuroprotecteurs. Des résultats logiques aussi, puisque le diabète de type 2 est un facteur de risque connu pour la maladie d'Alzheimer et reconnu comme impliqué dans la progression de la maladie.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Direct

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top