RTFlash

Edito : La maison du futur sera intelligente et...consciente !

Née il y a plus de 30 ans, avec le Minitel, la domotique « à l’ancienne » n’a jamais réussi à toucher un large public. Les raisons de cet échec sont connues : longtemps les systèmes disponibles sur le marché sont restés très onéreux. En outre, les principaux fabricants se sont obstinés à vouloir proposer des solutions « propriétaires », incapables d’évoluer avec la technologie. Enfin, la domotique est restée pendant des décennies trop complexe à utiliser pour les néophytes et incapable d’offrir de nouveaux services vraiment attractifs pour le consommateur.

Mais au cours des derniers mois, le concept d’habitat intelligent, plus riche et plus global que celui de domotique, a pris son envol et semble enfin séduire un large public. En France, plusieurs manifestations organisées récemment par la Fédération Française de Domotique, mais aussi par Promotelec, ont été l’occasion de mesurer un peu partout en France à quel point ce concept est en train d’exploser et de conquérir enfin le grand public.

Aujourd'hui, les objets et systèmes qui composent notre environnement domestique peuvent non seulement, pour un coût raisonnable, être très facilement connectés à l’Internet. Ils peuvent ainsi communiquer facilement entre eux et échanger une multitude d’informations. Mais jusqu’à récemment, tous ces systèmes restaient passifs et ne fonctionnaient pas automatiquement tant que l’utilisateur ne les avait pas actionnés.

Mais l’arrivée sur le marché d’une multitude de capteurs miniaturisés et performants a changé la donne. Désormais, les objets et systèmes présents dans nos habitations peuvent fonctionner de façon autonome et nous rendre une multitude de services très utiles sans que nous n’ayons rien à faire. Et il y a mieux : grâce à l’armée de capteurs et à l’intelligence artificielle qu’ils contiennent, tous ces objets peuvent s’adapter en temps réel à notre comportement et à nos habitudes et apprendre en quelque sorte à nous connaître.

Un bon exemple de cette rupture technologique est le June Intelligent Oven, le nouveau four intelligent de l’entreprise June. Cet appareil remarquable va en effet être capable, en utilisant toutes les ressources de ses capteurs, processeurs et caméras, de déterminer tout seul le mode et le temps de cuisson parfait pour n’importe quel plat. Et bien entendu, ce four high-tech ne manquera pas de vous envoyer un SMS ou un message vocal pour vous indiquer que votre repas est prêt…

Mais cette intelligence domestique devrait également révolutionner dans des temps très courts maintenant la sécurité de nos habitations, à commencer par le contrôle d’accès. La société August a ainsi mis au point une plate-forme, articulée autour du concept de clé électronique, qui permet au propriétaire de la maison ou du bâtiment équipé de ce système de contrôler de manière intelligente les différents points d’entrée.

Grâce à ce dispositif, il devient par exemple possible d’autoriser ou d’interdire d’utilisation d’un accès précis pour une personne particulière et pendant une plage horaire définie. On imagine bien entendu l’intérêt considérable que peut avoir un tel système non seulement dans une habitation privée mais dans un bâtiment collectif, un immeuble de bureaux ou un hôpital par exemple.

Ce concept est d’autant plus intéressant qu’il est d’une grande souplesse puisqu’il est possible à l’utilisateur, via son Smartphone ou sa tablette, d’ouvrir et de fermer à distance les différents « verrous électroniques » qui contrôlent les accès de telle ou telle pièce.

Côté divertissement, il faut signaler l’étonnante pyramide musicale Prizm qui est capable de détecter le nombre de personnes présentes, de reconnaître leurs goûts en matière de musique et de s’adapter à l’ambiance pour diffuser la programmation musicale idéale. Le système qui a obtenu le prix CES Innovation, dans la catégorie Smart Home, est on ne peut plus simple puisqu’il suffit de connecter Prizm au compte de musique en ligne pour que celui-ci fonctionne ensuite de façon entièrement autonome. Pour rendre le choix musical encore plus pertinent, l’utilisateur peut interagir avec Primz et appuyer sur le cœur s’il aime le titre ou sur la croix dans le cas contraire. Bien entendu, ce système est entièrement pilotable à partir d’un Smartphone ou d’une tablette.

La startup Vivoka vient de présenter quant à elle son concept de box domotique destiné à rendre la maison autonome et intelligente en permettant aux différents appareils et objets domestiques d’être contrôlés à distance. L’originalité de cette box est qu’elle utilise massivement l’intelligence artificielle et peut être pilotée directement par la voix. Elle est également très simple d’installation et d’utilisation Ce système permet également de visualiser l’ensemble de son habitation en 3D. Cette box permet aussi de surveiller à distance sa maison et de simuler une présence humaine en déclenchant de manière aléatoire les lumières ou encore en ouvrant les volets.

Cet engouement pour l’habitat intelligent et interactif n’a pas échappé aux géants de l’électroménager, de l’électronique et de l’informatique. L’un des membres de la grande famille Google, la société Nest, avec Nest Weave, veut rendre la maison encore plus intelligente, en reliant avec sa nouvelle puce tous les objets connectés de la maison, même ceux qui ne sont pas fabriqués par Nest, et ce, sans avoir besoin de WI-Fi et d’Internet ! Bosch, de son côté, vient de créer une filiale entièrement dédiée à la maison connectée. Baptisée Bosch Smart Home GmbH, elle sera opérationnelle début 2016. Cette entité réunira toutes les solutions domotiques de la marque allemande tant matérielles que logicielles. Parmi les premiers produits attendus, on trouvera un thermostat connecté et un contacteur d’ouverture pour les portes et les fenêtres. La plate-forme domotique Bosch sera bâtie autour d’un contrôleur qui regroupera la gestion et l’interconnexion de tous les appareils et capteurs à partir d’une seule application pour smartphones et tablettes.

Dans cette course à l’habitat intelligent, Intel n’est pas en reste et vous propose de visiter son prototype de maison du futur, installée à San Francisco, en Californie. Cette habitation est entièrement pilotable à partir de son Smartphone ou de sa tablette. Le contrôle d’accès est effectué grâce à un logiciel de reconnaissance faciale et les différents systèmes domotiques peuvent être commandés à la voix. La grande nouveauté de cette habitation intelligente réside dans l’intégration d’une multitude de capteurs qui permettent de gérer des situations imprévues, comme par exemple prévenir le propriétaire en cas de fuite d’eau, d’intrusion, d’incendie, etc. Mais cette plate-forme domotique intelligente a également été conçue pour générer et combiner une multitude de scénarios s’adaptant à la personnalité des occupants. Le système peut par exemple, une fois qu’il a détecté que vous étiez levé, préparer votre pain légèrement grillé, comme vous l’aimez et vous faire le café bien serré que vous préférez, avant d’allumer et d’enchaîner automatiquement vos trois chaînes d’informations thématiques préférées.

De son côté, Apple a développé son HomeKit, un système sous iOS 8 destiné à contrôler et à communiquer avec les objets connectés présents dans les « smart homes ». Ce système permet à l'utilisateur d'identifier et de configurer des accessoires HomeKit dans sa maison puis de créer des actions pour contrôler ces appareils.

Il y a un an, les laboratoires du Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont également présenté JIBO, un robot très performant et spécialement conçu pour être un assistant domestique discret et efficace. Ce petit robot, qui ne mesure que 11 cm de haut et pèse moins de 3 kg, a été pensé pour être discret et sait se faire oublier. Mais à la moindre sollicitation de votre part, il pourra vous rendre une multitude de services, comme répondre au téléphone, prendre des photos, vous lire vos mails ou vous raconter une histoire… Grâce à ses capteurs via son logiciel de reconnaissance faciale, ce robot est également capable de reconnaître les différents occupants de la maison.

Ce nouveau concept de robot domestique « transparent » est très intéressant car il se démarque des encombrantes machines humanoïdes beaucoup plus coûteuses et qui suscitent toujours de nombreuses réticences, voire de la méfiance, vis-à-vis des utilisateurs potentiels. Cette nouvelle génération de robots pourrait donc bien constituer le « chaînon manquant » qui rendra le concept de maison intelligente particulièrement attractif auprès du grand public.

Certes, pour l’instant seuls 6 % des logements français sont équipés d’un système domotique digne de ce nom. Mais selon une étude publiée il y a quelques jours par l’ARCEP, la part des Français intéressés par une installation domotique est passée de 25 à 33 % au cours des quatre dernières années. Quant aux propriétaires, ils sont aujourd’hui 58 % à penser que l’avenir est à la maison automatisée. Quant au marché mondial de l’habitat intelligent, il devrait doubler d’ici 2020 et atteindre les 100 milliards de dollars.

Mais au-delà du saut qualitatif que va permettre la maison intelligente en matière de sécurité et de confort, ce concept va également profondément bouleverser les modèles économiques et la chaîne de valeur liés à la construction et au bâtiment. Demain, chaque immeuble sera bardé de capteurs et connecté à l’ensemble des réseaux numériques via l’Internet. Il deviendra alors possible de gérer de manière optimale l’utilisation de ces bâtiments tout au long de leur cycle de vie.

La généralisation de ces bâtiments intelligents aura notamment un impact tout à fait considérable en matière de sobriété et d’efficacité énergétique. À confort égal, un bâtiment intelligent construit selon les techniques bioclimatiques les plus modernes a en effet besoin de quatre fois moins d’énergie pour fonctionner qu’un bâtiment standard actuel. En outre, cette énergie sera largement issue de sources renouvelables et produite par le bâtiment lui-même. Quand on sait que l’ensemble des immeubles et logements représentent plus de 40 % de la consommation mondiale finale d’énergie (soit 3,6 gigatonnes d’équivalent pétrole par an) et environ 30 % des émissions humaines de gaz à effet de serre (soit environ 10 gigatonnes de CO2 par an), on mesure mieux l’enjeu absolument fondamental que représente la diffusion des bâtiments intelligents en matière de lutte contre le changement climatique.

Enfin, l’avènement de la maison intelligente va permettre de repousser de manière décisive les contraintes et les limites actuelles qui déterminent le maintien à domicile de nos aînés, ce qui permettra, pour un coût collectif maîtrisé, une amélioration sans précédent du confort et de la qualité de vie des personnes âgées.

Mais déjà, certains scientifiques et chercheurs voient plus loin et imaginent, dans un futur moins éloigné qu’on ne le croit, des habitations qui pourront non seulement fonctionner de manière autonome mais qui deviendront si intelligentes qu’elles nous donneront le sentiment d’être sensibles et conscientes et sauront non seulement devancer nos désirs mais également nous réconforter et nous surprendre. Parvenues à ce niveau troublant d’intelligence et de conscience diffuses, nos lieux de vie prendront sans doute un nouveau statut affectif dans nos existences et peut-être redécouvrirons-nous alors le fameux vers de Lamartine « Objets inanimés, avez-vous donc une âme… ».

René TRÉGOUËT

Sénateur Honoraire

Président Fondateur du Groupe de Prospective du Sénat

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top