RTFlash

L'UE veut des "voitures vertes" dans les villes d'ici 2050

Un quart des émissions de gaz à effet de serre vient aujourd'hui des transports. L'Union européenne s'est fixée pour objectif de réduire de 60 % leurs émissions de CO2 d'ici 2050. Pour y parvenir, la Commission propose la réduction significative des gaz à effet de serre dans les réseaux routiers. Bruxelles prévoit également d'augmenter le trafic ferroviaire, selon un projet consulté par EurActiv.com. La "feuille de route" de la Commission, présentée officiellement lundi 28 mars, vise principalement les transports routiers urbains et de marchandises. L'objectif d'aboutir à des villes sans voitures à moteurs thermiques d'ici 2050 sera réalisé grâce à la mise en œuvre de mesures fiscales, la promotion de systèmes de transport alternatifs et la construction des infrastructures nécessaires pour passer à une utilisation plus répandue des voitures électriques et propres.

Les taxes et les frais devraient être plus élevés pour les véhicules polluants en application du principe du pollueur payeur. Bruxelles propose de revoir les règles et les pratiques nationales en fonction de ce principe dans les Etats où ce n'est pas encore le cas. En dernier ressort, la Commission envisage de procéder à l'« internalisation totale et obligatoire des coûts externes ». En clair, faire en sorte que les prix payés par les consommateurs pour utiliser les transports comprennent les coûts liés à ceux-ci comme la pollution, le bruit ou les encombrements sur les routes. Dans sa feuille de route pour un espace européen unique du transport, l'exécutif de l'UE envisage différentes manières d'accroître l'utilisation d'autres moyens de mobilité que les voitures à moteurs thermiques, c'est-à-dire essence et diesel. L'exploration du « potentiel inutilisé du transport fluvial » est l'une des options.

Le passage aux voitures électriques et aux véhicules propres est également un objectif clé. Afin d'y parvenir, la Commission prévoit d'aboutir à une logistique urbaine sans CO2 dans les capitales européennes majeures d'ici 2030, peut-on lire dans la feuille de route publiée prochainement. La promotion des marchés publics communs pour des véhicules à faibles émissions dans les flottes commerciales, comme les camions de livraison ou les taxis, est également envisagée. Bruxelles souhaite également transférer 30 % du trafic routier de marchandises de plus de 300 km sur d'autres modes de transport comme le ferroviaire ou par voie d'eau d'ici 2030. Cet objectif devrait être élevé à plus de 50 % à l'horizon 2050. Le transport routier de marchandises dans l'UE est quatre fois plus important que celui qui s'effectue par voie ferroviaire.

Euractiv

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top