RTFlash

Espace

L'explosion d'une supernova projette dans l'espace les ingrédients de la vie

Des chercheurs américains ont pu confirmer que l'explosion des étoiles en supernovae  propulse dans l'espace des quantités astronomiques de matières, dont celles nécessaires à la fabrication de l'ADN. En d'autres termes, quand une supernova explose, elle relâche dans l'espace tous les constituants nécessaires au développement de la vie, du moins telle qu'on la connaît sur Terre.

C'est ce que confirment les récentes données récoltées par l'observatoire de rayons X Chandra, un télescope spatial de la Nasa, qui a pointé ses capteurs vers l'un des objets les plus connus de notre Galaxie, Cassiopée A, dans la partie nord de la constellation de Cassiopée. Cet immense nuage de matières est le résultat de l'explosion d'une supergéante rouge, à 11 100 années-lumière de la Terre, dont la lumière nous parvient depuis 1680 ans environ.

Les chercheurs ont utilisé le télescope Chandra pour analyser les émissions de rayon-X de Cassiopée A sous différentes longueurs d'onde. Ce qui leur a permis de détecter les éléments projetés dans l'espace par l'onde de choc, mais aussi leur quantité. Ils ont pu identifier la présence de silicium, de sulfure, de calcium, de fer et d'oxygène.

Les scientifiques ont ensuite déterminé que l'explosion de la supernova avait expulsé l'équivalent de 20 000 fois la masse de la Terre en silicium, 10 000 masses terrestres de sulfure, 70 000 de fer, mais aussi près d'1 million de masses terrestres d'oxygène.

De précédentes recherches avaient aussi mis en évidence la présence d'azote, de carbone, d'hydrogène et de phosphore dans Cassiopée A. Soit tous les éléments qui, combinés à ceux récemment découverts, permettent de fabriquer l'ADN, la molécule qui transporte les informations génétiques. En clair, la supernova a propulsé dans l'espace sinon la recette, du moins les ingrédients nécessaires à la vie.

D'ailleurs, l'intégralité de l'oxygène présent dans notre système solaire proviendrait d'explosions semblables à celle qui a produit Cassiopée A, précisent les chercheurs. Tout comme la moitié du calcium et environ 40 % du fer. Le reste proviendrait d'explosions stellaires plus petites et du résultat de la fusion d'étoiles à neutrons, mais aussi du rayonnement cosmique.

Au début de sa vie, cette étoile avait une masse 16 fois supérieure à notre Soleil. Elle a progressivement fondu, jusqu'à atteindre 5 masses solaires, puis a explosé. Le rémanent de la supernova, le nuage de matière éjecté, mesure aujourd'hui 10 années-lumière environ et continue de croître à une vitesse de 4000 à 6000 kilomètres par seconde. 

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

L'Express

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top