RTFlash

Matière

L’éponge qui va nettoyer nos océans en absorbant les hydrocarbures

Et si l’on pouvait nettoyer les océans comme on fait notre vaisselle : avec une simple éponge ? C’est ce qu’ont inventé des chercheurs américains du Laboratoire national d’Argonne et du bureau des sciences du ministère de l’Énergie des États-Unis. L’Oleo Sponge est capable d’absorber 90 fois son poids en pétrole et en diesel, à la surface mais surtout – grande avancée – en profondeur. Reste alors à l'essorer puis à la réutiliser. Le pétrole, lui, peut être recyclé.

C’est le 20 avril 2010 que les scientifiques se sont posé la question de comment nettoyer nos océans. Ce jour-là, Deepwater Horizon, plate-forme pétrolière située dans le golfe du Mexique, explose. Plus grave que l’incendie : la marée noire sans précédent qui déverse plus de 780 millions de litres de pétrole dans l’océan Atlantique. Ce que les chercheurs découvrent, c’est que même si le pétrole semble être nettoyé en surface, des millions de litres se déplacent en profondeur. Or, les seuls moyens existants pour purifier l’eau (combustion, écrémage, dispersion) ne sont pas adaptés aux fonds marins. D'autant que ces techniques, coûteuses et lentes, ne sont pas efficaces à 100 % et sont souvent à usage unique, sans toujours permettre la réutilisation du pétrole.

Il est alors apparu nécessaire d’inventer de nouveaux matériaux et de nouvelles manières pour absorber ces hydrocarbures. Résultat de ces longues années de recherches : un bloc de mousse capable d’absorber facilement le pétrole, à la surface de l’eau comme en dessous, et pouvant être essoré puis réutilisé. "L'Oleo Sponge offre un ensemble de possibilités qui, à notre connaissance, sont sans précédent", a déclaré le co-inventeur Seth Darling. Le Laboratoire national d’Argonne disposait déjà d’une bibliothèque de molécules permettant de capturer du pétrole. Le problème était de trouver une structure physique pour contenir cette molécule.

Après quelques tâtonnements, c’est finalement la mousse de polyuréthane (que l’on retrouve dans les coussins ou l’isolation des maisons) qui semble être la plus adaptée. Cette matière, comparée à "un muffin anglais" par les scientifiques, fournit une surface suffisante pour saisir l’huile. Deux chimistes, Seth Darling et Jeff Elam, parviennent ainsi à injecter des atomes d’oxyde métallique à l’intérieur des nanostructures de l’éponge, afin de créer une fine couche de produit, qui agit comme une colle-aimant, attirant et retenant le pétrole.

L’éponge grandeur nature ressemble plutôt à une serpillère. Elle a été testée à Ohmsett, un grand réservoir d’eau de mer, dans le New Jersey. À chaque fois, Oleo Sponge a récupéré la totalité du pétrole et du diesel déversée dans le bassin. "Le matériau est extrêmement robuste. Nous avons exécuté des centaines de tests, en l’essorant à chaque fois, et elle ne s’est pas encore détériorée" assure Seth Darling.

En plus d’être utilisé lors de marées noires, l’Oleo Sponge pourrait être employée pour nettoyer les ports où les huiles polluantes s’accumulent. En modifiant le type de molécule injectée dans l’éponge, ses créateurs pourraient même lui permettre d'aspirer d'autres substances. "La technique offre une flexibilité énorme et peut être adaptée à d'autres types de nettoyage. Vous pourriez mettre une molécule différente pour aspirer la substance spécifique dont vous avez besoin", explique Jeff Elam.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

We Demain

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top