RTFlash

L'analyse des mouvements humains facilite les politiques d'urbanisme

UNA Toolbox combine plusieurs solutions de géospatialisation et d'analyse des flux afin de modéliser les différentes habitudes des habitants d'une ville. Le but : faciliter le lancement de programmes d'urbanisme.

Comment établir les meilleurs endroits pour construire des résidences, des bureaux, ou encourager la multiplication de commerces dans un espace urbain ? Pour aider les architectes, les pouvoirs publics et les urbanistes à mieux connaître les besoins des habitants, le MIT a mis au point un programme d'analyse des réseaux urbains, la UNA Toolbox. Le but ? Leur permettre de modéliser les mouvements spatiaux dans une ville, et leurs évolutions. Selon Andres Sevtsuk, le principal investigateur du projet, on pourra ainsi expliquer plus simplement : "sur quelle rue ou dans quel bâtiment on a le plus de chances de trouver un commerce de proximité, dans quelle zone se trouve le trafic à pieds ou en voiture le plus important et pourquoi la valeur du terrain varie d'un emplacement à un autre".

  • Comprendre la complexité du maillage urbain

Cela en prenant en compte la géométrie globale des zones urbaines et des axes de transport, les distances mais également les immeubles dont on peut pondérer l'importance suivant différents critères : volume, population, influence sur les bâtiments environnants. Techniquement, le système combine des programmes de géospatialisation et d'analyse de l'environnement urbain. L'un d'eux, par exemple, mesure combien de bâtiments peuvent être atteints dans un rayon donné à partir d'un immeuble de départ. Un autre calcule l'accessibilité d'un immeuble suivant l'attractivité et la distance des constructions proches.

  • Aider les pouvoirs publics et les architectes

Un troisième établit le nombre de passants dans une zone, quand un autre s'intéresse à l'écart métrique entre chaque bâtiment. Et enfin, un dernier établit le chemin le plus court entre deux points suivant le tracé des rues et des routes, puis compare cette donnée avec le temps qu'il faudrait pour parcourir la même distance à vol d'oiseau. Ces éléments devraient donc permettre, par exemple, de quantifier efficacement si un building occupe une position centrale et la facilité avec laquelle un habitant peut accéder à plusieurs endroits à partir d'un point de départ donné.

L'Atelier

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    • J. Teste-Sert

      3/02/2012

      Vu la croissance folles des mégalopoles, et de l'urbain au dépend du vivant... (1 département français perdu tous les 7 ans !), l'on ferait mieux de paramétrer la réduction des déserts..., des drains et des terres arides, en y insérant les jeunes en VIES ENFIN SAINES et bien bougée (pour faire centenaires, mieux même qu'un cycliste qui fait à cet âge 7000 km par an...!).

      http://greenjillaroo.wordpress.com vous révèle comment faire sur le terrain !

      Les villes réduites toutes à 1 million d'habitants pour faire taille humaine !

      Egalement, de "paramétrer" la réduction nécessaire de gosses, en obligeant les filles-mères d'apprendre à se tirer le lait du sein en matenité une fois le premier gosse seuvré, (contraceptif naturel), cela au moins cinq ans avant d'en faire un autre...!
      Là, oui, on finirait par iy voir moins de situations de logement insupportables et insalubres en ce monde de dingues, chacun avec son petit programme à petits paramètres, dans son coin !

      COINCÉS ensuite ? Ouiii ! A vies de dingues, et loyer flambant aussi vite que les immeubles à locations abusives !!!

    • Poster un nouveau commentaire

    back-to-top