RTFlash

Homme

L’ADN d’un pré-néandertalien de 300 000 ans séquencé

Le site de La Sima de los Huesos, dans le Nord de l’Espagne, est un véritable gisement d’ossements pour les anthropologues. Il fait l’objet de fouilles permanentes depuis sa découverte en 1984. Après plus de trois décennies d’études, les scientifiques ont identifié plus de 7000 ossements humains fossilisés. Une fois assemblés, ces ossement ont pu être attribués à 28 individus de l’espèce Homo heidelbergensis.

En 2013, les équipes de chercheurs avaient pu extraire et étudier de l'ADN mitochondrial (ADNmt), transmis uniquement par la lignée maternelle. Ils avaient conclu que l'ADNmt de La Sima de los Huesos est plus étroitement lié à celui de l'homme de Denisova, que des Néandertaliens. Cela était assez inattendu car, d’un point de vue morphologique, les fossiles étaient clairement apparentés à ceux de Neandertal.

« La Sima de los Huesos est actuellement le seul site non-permafrost qui nous permet d'étudier des séquences d'ADN humain du Pléistocène moyen, il y a plus de 125.000 ans », explique Matthias Meyer (Institut Max Planck d'Anthropologie Evolutionnaire, Leipzig, Allemagne).

Les échantillons ont été prélevés sur une dent et dans un os de la cuisse trouvés dans la fosse de la Sima de los Huesos. L'analyse de l'ADN à partir d'échantillons anciens est très difficile car il est impératif d’éliminer toute pollution externe. Mais, grâce à la méthode sécurisée qui a permis d’exhumer les ossement d’un côté et les progrès dans l'échantillonnage génétique et la technologie de séquençage de l’autre, l'équipe a été en mesure de reconstituer des parties du génome. L’étude a été publiée par Matthias Meyer dans la revue Nature.

"Nous avons éliminé certains des spécimens et gardé les autres, extraits avec des instruments contrôlés et laissés dans l'argile afin de minimiser les risques d’altérations de la matière qui pourrait avoir lieu après les fouilles" déclare Juan-Luis Arsuaga (Université Complutense de Madrid).

Ces nouvelles études, basées sur l’ADN nucléaire, ne confirment pas exactement la précédente étude génétique sur ADNmt. Si les hommes de la Sima de los Huesos sont également en relation avec les Denisoviens, ils sont beaucoup apparentés avec Homo néandertalensis. Les hominidés de la Sima de los Huesos appartiennent à la lignée évolutive des néandertaliens.

Cette constatation indique que la divergence de la population entre les hominidés de Denisova et les Néandertaliens avait déjà eu lieu il y a 430.000 ans, quand les hominidés Sima de los Huesos vivaient. Pour les chercheurs du Max Planck Institut, cela peut également indiquer que les néandertaliens ont acquis différents génomes mitochondriaux ultérieurement, peut-être le résultat de flux de gènes en provenance d'Afrique.

Pour Svante Pääbo (Institut Max Planck), "Ces résultats fournissent des points d'ancrage importants dans la chronologie de l'évolution humaine. Ils sont compatibles avec une divergence plutôt précoce de 550.000 à 750.000 années de la lignée humaine moderne et de celle des humains archaïques".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top