RTFlash

TIC

Edito : L'accès rapide au très haut débit pour tous passe par la combinaison intelligente des technologies

Le gouvernement veut donner un coup d'accélérateur au développement de la fibre optique sur le territoire, un chantier où la France est à la traîne en termes d'infrastructures mais surtout en nombre d'abonnés, et où la couverture des zones reculées reste un défi majeur.

Le ministre de l'Industrie, Eric Besson, à l'occasion d'une visite chez France Télécom a fixé l'objectif de 2 millions de logements raccordés à la fibre optique à la fin de l'année 2011, soit le double du nombre de foyers raccordés au 31 décembre 2010. Eric Besson a annoncé que les engagements de couverture des opérateurs permettent de raccorder 60 % des foyers français dans un délai de 10 ans. Pour accélérer le déploiement dans les zones les moins denses, le Gouvernement va engager 2 milliards d’euros issus du programme des investissements d’avenir. "On comptait 800.000 foyers raccordés début 2010. Nous avons passé la barre du million en décembre 2010 et l'objectif du gouvernement est d'atteindre les deux millions au 31 décembre 2011", a-t-il annoncé.

Eric Besson a affirmé que même si l'objectif était "de couvrir l'ensemble du territoire, le déploiement va être progressif, car c'est normal qu'un opérateur commence à travailler là où la demande est importante". Aujourd'hui, un peu plus d'un million de foyers sont raccordables à la fibre optique, soit seulement 1,5 % des foyers, ce qui place la France au 15ème rang des pays européens, en matière d’accès à l’Internet à très haut débit, selon une étude de l’Idate (Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe).   En comptabilisant le système d’artères en fibre optique mais avec des  terminaisons en "coaxial" de Numericable , la France compte au total quelque six millions de foyers connectables à la fibre.

En outre, le taux de pénétration - le nombre d'abonnés par rapport aux foyers raccordés - reste particulièrement faible en France : environ huit pour cent, contre 65 % en Norvège, près de 40 % en Suède ou encore 30 % au Pays-Bas, souligne Roland Montagne, expert à l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe.

Le 3 février, l'opérateur historique France Télécom a annoncé pour sa part qu'il comptait équiper en fibre optique un total de dix millions de foyers d'ici 2015, et 15 millions en 2020 (soit 60 % des foyers). Le groupe confirme ainsi sa promesse d'investir dans cette perspective deux milliards d'euros d'ici 2015 et précise qu'il en faudra "au moins autant" pour les années 2015-2020. Reste que 40 % des foyers français ne sont pas concernés par la grande vague d'équipement annoncée par France Télécom.

Eric Besson a indiqué que le gouvernement voyait "d'un bon oeil" la constitution de "sociétés communes entre opérateurs, de façon neutre et ouverte" pour mener à bien les projets d'infrastructure. Dans le cadre du grand emprunt, le gouvernement a alloué deux milliards d'euros pour les infrastructures numériques, dont 750 millions de subventions réservées aux zones peu denses et 250 millions aux zones les plus reculées. Mais ce coût de pouce n'est pas à la hauteur des enjeux car le coût global d'une desserte complète des foyers français en fibre optique est estimé à au moins 25 milliards d'euros.

En outre, face à l'accélération technologique en cours, avec l’avènement rapide de la 3D et des tablettes numériques, la croissance et  la dématérialisation des échanges économiques, ce n'est pas dans 15 ou 20 ans qu'il faut envisager le très haut débit pour tous mais d'ici 5 ans, si nous voulons rester dans la compétition cognitive mondiale. 

Reste que, pour des raisons de coût, il ne serait pas réaliste, dans la crise actuelle, d'envisager à l'horizon 2015 une desserte en fibre optique de tous les foyers français car notre pays compte de vastes régions rurales à faible densité de population. C'est pourquoi, compte tenu de l'échec du déploiement du Wi Max en France, deux technologies devront venir compléter la fibre optique pour irriguer rapidement  l'ensemble du territoire en très haut débit.

La première est le satellite. Le satellite européen d'Eutelsat, Ka-Sat, lancé en décembre 2010 devrait permettre d'améliorer sensiblement la couverture en Internet haut débit de la France, de l'Europe et du bassin méditerranéen. Ka-Sat desservira plus d'un million de foyers en Europe et sur le pourtour méditerranéen. Cette solution sera commercialisée à partir de mai 2011 par une soixantaine de distributeurs en Europe. C’est une solution qui indubitablement conviendra très bien pour les nouveaux standards de l’image descendante de télévision (Haute Définition et 3 D) mais qu’en sera-t-il du « ping » pour les internautes pratiquant du jeu interactif ?

Le CNES souligne que "Ka-Sat est avant tout un satellite vraiment révolutionnaire, le plus avancé de sa catégorie, qui démontre le savoir faire de l'industrie européenne, et notamment de l'industrie française. » Mais le CNEs prépare déjà l'après Ka-Sat et affirme être en mesure de proposer du très haut débit par satellite dans 5 ans.

L'autre technologie qui viendra compléter le maillage à très haut débit du territoire est le Très Haut Débit sans fil en LTE (Long Term Evolution) 4G d'un débit maximum théorique de 150 Mb/s (70 Mb/s en utilisation sur le terrain). Orange et Lucent ont testé avec succès cette technologie très prometteuse en 2010 et l’ARCEP vient de délivrer l’autorisation à l'opérateur chinois ZTE pour l’utilisation temporaire et localisée à la zone du Futuroscope de la bande de fréquence 800 MHz afin de réaliser des expérimentations techniques et de préparer le déploiement des nouveaux réseaux mobiles à très haut débit de quatrième génération.

En combinant intelligemment ces trois technologies complémentaires, notre pays peut, d'ici 5 ans, s'il existe une véritable volonté politique, construire un véritable réseau à très haut débit fixe et mobile accessible à tous les foyers et associant la fibre optique, le satellite et la 4G. Nous devons donc nous donner les moyens de construire rapidement ce grand réseau si vital pour l'avenir de notre pays. 

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    • Pierre Ygrié

      18/02/2011

      S’il est normal, comme le dit Eric Besson qu'un opérateur commence à travailler là où la demande est importante est-il normal qu’un aménageur du territoire (l’Etat) ne commence pas à travailler là où les besoins de ses administrés sont les plus importants, les campagnes, les ruraux ayant à l’évidence le plus besoin de services électroniques pour compenser les services physiques défaillants ?

      De bons amis de la bête (http://websdugevaudan.wordpress.com/ ) venus de France et de Navarre ( https://mail.google.com/mail/?hl=fr&shva=1#inbox/12e3439a2877d0f5 ) se sont réunis récemment dans le fief de l’animal pour le crier haut et fort !

      On pourrait ajouter que le LTE dans lequel le ministre place ses espoirs (avec le satellite) suppose pour bien fonctionner un quadrillage du territoire en fibre optique ! Alors, Monsieur le ministre, quand l’aménageur du territoire que vous représentez prendra-t-il enfin les bonnes décisions en cohérence avec ses ambitions (http://websdugevaudan.wordpress.com/2010/12/15/tres-haut-debit-un-reseau... ???

    • tregouet

      18/02/2011

      Je reconnais bien en vous, Mr Ygrié, l'opiniatre combattant du Web du Gevaudan. Sur le fond vous avez raison et si les gouvernements avaient décidés il y a une dizaine d'années de suivre les préconisations que nous leur faisions alors (http://www.rtflash.fr/cable-en-france-c-est-4e-scenario-qu-il-faut-mettr...) vous et moi, en déployant partout de la fibre optique, comme je l'ai fait dans le Département du Rhône, au lieu de dépenser des milliards pour faire de l'ADSL et de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) aujourd'hui c'est une grande partie du territoire français qui serait desservi en FTTH. Mais non, en France, nous sommes comme cela: nous ne savons pas imaginer comment sera notre monde dans 20 ans...

    • DUCASSE

      21/02/2011

      QU'ELLE HYPOCHRYSIE!

      Ce sont vos collectivités rurales qui n'en veulent pas, car lorsque l'on propose des solutions Hybrides de cablage Optique Monomode d'un village alimentées par un FH Gigabit comme le fait a une échelle différente la régie de l'AIN, personne ne veut se mouiller on nous répond, que apres tout c'est un service public qui doit venir spontanément. Quand on arrive alors avec un projet et des investisseurs comme récement dans le 42, c'est le délégataire qui part a reculons et refuse de fournir un acces au backbonne fibre afin de permettre a un nouvel entrant de faire concurence avec un autre opérateur déja coopté lequel revendra le même acces Fibre 10 fois plus cher que ne lui vend le délégataire et ce afin de dissuader le nouvel entrant.

      Ne vous plaignez pas, grae a vos élus vous avez ce que vous méritez ni plus ni moins.Heureusement que ce n'est pas partout a l'unisson ( Cf la Fibre du Rhone qui malgré tout pourrait faire plus et à moins cher si on la laissait faire !)

      Comme je l'ai écrit plus haut, Le 4 G, le LTE en Hybride FH spécifique & sur Fibre et cuivre cela fait depuis 2007 que le réseau LUMIERES de Vidéo Protection de la Zone de Défense Est le déploie en maillage Gigabit.

      Nous n'avons pas attendu les chinois du Futuroscope copieurs et pollueurs avant toute chose !

      Le même type de réseau Mesh Hybride mutualisateur, le même shéma est réalisable autour des artères Fibre et au delà pour prolonger la Fibre en mode RFTTH pour les colectivités et le Grand Public..
      Les technologies se complètent et doivent s'adapter a l'environement et au besoin.

    • devillers

      18/02/2011

      Sur l'affaire du taux de pénétration FTTH, une expérience à méditer, celle du syndicat d'électricité de l'Ain (SIEA).
      En refusant NRA-ZO( un ADSL amélioré ) et en optant dès 2006 pour la fibre pour tous, le syndicat a privilégié le long terme. il commence désormais à raccorder les communes et il n'est pas très étonnant que dans les communes ou il n'y avait rien (bas débit/ ADSL de bout de ligne), les taux d'abonnement FTTH dépassent les 80%... commencer par les abonnés triple paly n'est donc pas forcément la bonne idée.
      www.netlocal.net

    • tregouet

      18/02/2011

      Remarque très pertinente mais il faudrait la faire partager par les économistes et les opérateurs !

    • Pierre Ygrié

      20/05/2011

      J'étais dans l'Ain la semaine dernière ...un excelent exemple à méditer !
      http://websdugevaudan.wordpress.com/2011/05/18/tres-haut-debit-les-rurau...

    • Jean-Marc

      19/02/2011

      Petit clin d'oeil : si nous evitons la multitude d'eruptions solaires promises par les scientifiques ou "devins divers et variés" : la fibre optique nous sauvera de la perte sensorielle et "informative" probable ... ;)

    • DUCASSE

      21/02/2011

      Le 4 G, le LTE en Hybride FH spécifique & sur Fibre et cuivre cela fait depuis 2007 que le réseau LUMIERES de Vidéo Protection de la Zone de Défense Est le déploie en maillage Gigabit.

      Nous n'avons pas attendu les chinois du Futuroscope copieurs et pollueurs avant toute chose !

      Le même type de réseau Mesh Hybride mutualisateur, le même shéma est réalisable autour des artères Fibre et au delà pour prolonger la Fibre en mode RFTTH pour les colectivités et le Grand Public..
      Les technologies se complètent et doivent s'adapter a l'environement et au besoin.

    • Poster un nouveau commentaire

    back-to-top