RTFlash

IBM propulse Linux dans la cour des grands

La micro-informatique est souvent une histoire de couple. Longtemps, le tandem Microsoft-Intel domina le secteur. Aujourd'hui, les noces les plus en vogue sont célébrées entre les constructeurs informatiques et un logiciel à part: Linux. Hier, IBM a annoncé la mise au point pour la compagnie pétrolière Shell d'un gigantesque réseau d'ordinateurs fonctionnant avec ce produit iconoclaste. Symbolisé par un pingouin, conçu par des milliers d'informaticiens bénévoles, amélioré grâce à l'Internet sur tous les continents, diffusé gratuitement, modifiable librement par ses utilisateurs, Linux est ce qu'on appelle un «logiciel libre»: chacun peut non seulement le copier et l'utiliser gratuitement, mais accéder à ses secrets de fabrication (le code source), l'adapter à ses besoins et proposer des amendements. A l'image de Windows, dont il est devenu un concurrent crédible, Linux est un système d'exploitation (le logiciel à la base du fonctionnement des ordinateurs) conçu pour équiper les machines de type PC (ordinateurs personnels). Hier furent célébrées les véritables noces entre ce produit aux origines anticommerciales et IBM. Lou Gerstner, le patron de l'entreprise, a annoncé qu'elle investirait l'an prochain un milliard de dollars sur Linux. Shell disposera de la plus grande installation fonctionnant avec Linux: plus de mille ordinateurs reliés entre eux et fonctionnant comme un système informatique unique extrêmement puissant. Très présent dans le monde de la recherche, Linux se répand à vive allure dans les entreprises. L'institut d'études IDC estime à 28 % la croissance du logiciel sur le marché des serveurs. Selon certaines estimations, la part de marché de Linux pourrait surpasser celle de Microsoft dans les prochaines années. Le logiciel s'impose également dans le marché, encore embryonnaire, des terminaux d'accès à l'Internet et dans celui des décodeurs numériques pour téléviseurs. Reste le marché des ordinateurs de bureau utilisés par les salariés et les particuliers. Pour l'instant, Linux est cantonné aux locaux informatiques des centres de recherche et des entreprises. Réputé fiable, stable, robuste, rapide et évolutif pour les serveurs, le logiciel présente des défauts qui brident sa diffusion: difficultés d'installation, complexité d'utilisation, Sans compter la mainmise de Microsoft sur le marché du grand public: tous les PC sont livrés en standard avec Windows. Mais à présent, les constructeurs informatiques, longtemps rétifs, commencent à y croire. Dans quelques années, Linux sera aussi dans les mains de l'utilisateur de base, promettent-elles, mettant définitivement fin à la domination sans partage du couple Microsoft-Intel.

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top