RTFlash

Avenir

La gravure nanométrique sur fibre ouvre la voie à la régénération des nerfs

Des chercheurs de l’EPFL (Lausanne-Suisse) ont mis au point une technique qui permet d'inscrire des motifs de taille nanométrique à la surface et à l’intérieur de fibres en polymères. Ces fibres inédites pourraient être prometteuses pour guider la régénération de nerfs, produire des effets optiques, ou créer le tissu artificiel et les pansements intelligents de demain.

Pour réaliser leurs dessins nanométriques, les scientifiques sont partis d’une technique existante, utilisée dans le domaine des fibres optiques : le fibrage à chaud (thermal drawing). Traditionnellement, on grave ou imprime des dessins de taille millimétrique sur une "préforme", soit une version macroscopique de la fibre désirée. La préforme est chauffée afin qu’elle change de viscosité, puis étirée comme du plastique fondu pour former une fibre mince, qui durcit à nouveau.

Avec l’étirement, la taille des motifs rétrécit, mais leurs proportions et leur positionnement restent intacts. La méthode classique pose toutefois problème. Il est impossible de préserver les dessins au-dessous du micromètre. « Lorsque l’on étire la fibre, la tension de surface du polymère structuré induit une déformation puis une disparition des motifs en dessous d’une certaine taille, de l’ordre de quelques microns », explique Fabien Sorin.

Pour surmonter cet obstacle, les chercheurs de l’EPFL ont eu l’idée de placer la préforme gravée dans une construction en sandwich, avec un polymère sacrificiel. Ce dernier protège les motifs lors de l’étirement en atténuant la tension de surface. Il peut être "jeté" une fois l’étirement terminé. Grâce à cette astuce, il a été possible de doter différentes fibres de minuscules motifs très complexes. « Nous avons produit des motifs de 300 nanomètres, mais nous pourrions aisément descendre jusqu’à quelques dizaines de nanomètres », affirme le chercheur.

C’est la première fois que des motifs si petits et si complexes peuvent être inscrits sur une fibre souple à très grande échelle. « La technique permet d’obtenir des motifs plus petits de deux ordres de grandeur que ce qui existe dans la littérature », indique Fabien Sorin. « Nous pourrions par ailleurs l’appliquer sur des kilomètres de fibres, avec des coûts tout à fait raisonnables ».

Afin de montrer les possibilités d'application de leur technique, les scientifiques, en collaboration avec la Chaire Fondation Bertarelli de technologie neuroprosthétique, dirigée par Stéphanie Lacour, ont utilisé leurs fibres pour guider in vitro de manière ordonnée des neurites issues d’un ganglion spinal (ganglion situé sur le nerf rachidien). Un pas encourageant pour l’utilisation de telles fibres pour la régénération de nerfs ou la fabrication de tissu artificiel.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EPFL

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Deux robots autonomes au CHU de Nantes

    Deux robots autonomes au CHU de Nantes

    Deux étranges "employés" viennent de prendre leur service au CHU de Nantes. Leur mission consiste à transporter du matériel médical sur quatre étages différents en empruntant l’ascenseur. Rien ...

  • Un robot souple au service des cœurs malades...

    Un robot souple au service des cœurs malades...

    Des chercheurs américains de l'Université d'Harvard et de l'Hôpital de Boston ont conçu un ingénieux "robot souple", qui entoure le cœur fatigué pour l’aider à battre. Ce ...

  • Les robots de compagnie entrent dans les maisons de retraite

    Les robots de compagnie entrent dans les maisons de retraite

    Aujourd’hui, trois robots disponibles sur le marché semblent suffisamment matures pour être testés, puis éventuellement déployés en maison de retraite (il s’agit là d’une véritable tendance de fond)....

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top