RTFlash

Vivant

Un gène prédisposant à la maladie d'Alzheimer découvert grâce à une nouvelle technique d'imagerie

Des chercheurs de l'Université de Californie ont découvert un nouveau facteur de risque génétique pour la maladie d'Alzheimer en utilisant une technique avancée d'imagerie par balayage qui permet de visualiser les connexions cérébrales.

La maladie d'Alzheimer, cause la plus fréquente de démence chez les personnes âgées, touche au moins 20 millions de personnes dans le monde et le risque de développer cette pathologie double tous les cinq ans après l'âge de 65 ans.

C'est après avoir analysé plus de 1000 génomes humains que ces chercheurs ont découvert une anomalie fréquente dans notre code génétique qui augmente le risque de maladie d'Alzheimer. Pour repérer ce gène, ils ont utilisé une nouvelle méthode d'imagerie qui filtre les connexions du cerveau.

"Nous avons identifié une mutation du code génétique qui augmente le risque de maladie d'Alzheimer", a déclaré l'auteur principal de l'étude, Paul Thompson, qui ajoute : "Si vous êtes porteur de cette variante génétique, votre risque de démence sera beaucoup plus grand en vieillissant".

Chez les personnes porteuses de cette mutation spécifique, un gène, appelé SPON1, est défectueux et fragilise les connexions entre les centres du cerveau contrôlant le raisonnement et l'émotion. Ce gène favorise également le dépôt de plaques séniles dans le cerveau.

Les chercheurs ont également découvert que le gène SPON1 peut être manipulé à des fins thérapeutiques pour prévenir la maladie d'Alzheimer. Cette thérapie génique permet, chez la souris, d'obtenir des améliorations cognitives et réduit les plaques amyloïdes qui s'accumulent dans le cerveau.

"Avec un scanner du cerveau qui prend une demi-heure et une analyse ADN d'un échantillon de salive, nous pouvons rechercher dans vos gènes les facteurs qui déterminent la vulnérabilité de vos connexions cérébrales," souligne Paul  Thompson.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

UCLA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • J.T.

    12/03/2013

    Je parierais... volontiers que ce gène deviendrait gênant... chez ceux mangeant à vie trop de viande "mutante", qui de cheval de course... drogué droguée au pire devient "par miracle" du boeuf "sain" à 'cons-somme-mets'..., tout cela en restant assis de trop à vie rien" qu'à y jouer les beaux parleurs.
    Qui arrive encore à lire ce qui est insupportablement écrit tout petit (et donc litigieux) sur tout emballage ?

  • Poster un nouveau commentaire

back-to-top