RTFlash

Vivant

Un examen du fond de l’œil pour dépister précocement le déclin cognitif

Une étude américaine du Centre John Hopkins de Baltimore a montré que la présence d’anomalies de la vascularisation de la rétine semble associée à un risque accru de déclin cognitif. L’examen du fond de l’œil pourrait donc s’avérer utile dans le diagnostic précoce des maladies neurodégénératives.

De par l’origine embryologique commune entre les deux organes – l’œil et le cerveau –, la vascularisation de la rétine et du système nerveux présente des similitudes, notamment d’un point de vue anatomique. Des travaux ont déjà suggéré un lien entre les modifications vasculaires survenant dans la rétine et l’apparition de troubles neurodégénératifs, comme la maladie d’Alzheimer.

Toutefois, dans la plupart des cas, ces travaux ont été conduits sur une courte période et généralement de manière transversale, en comparant simultanément l’état des structures vasculaires de la rétine et les capacités cognitives. Cette nouvelle étude se démarque par le suivi des participants inclus, qui s’est déroulé sur 20 ans.

Le Docteur Jennifer Deal et ses collègues du John Hopkins Center on Aging and Health (Baltimore, Etats-Unis) ont, pour cela, repris les données de l’étude Atherosclerosis Risk in Communities, portant sur 12 317 participants inclus à la fin des années 1980. La moyenne d’âge des volontaires était alors de 60 ans. Plusieurs examens ont été menés au cours de cette étude prospective. Une observation du fond de l’œil a notamment été réalisée au début des années 1990, ainsi qu’une évaluation des capacités cognitives, effectuée à trois reprises, d’abord peu après l’inclusion, puis à la fin des années 1990 et après 2010.

Au cours de l’examen ophtalmologique, une rétinopathie modérée ou sévère a été diagnostiquée chez 256 participants. Les résultats de l’étude montrent, près de 20 ans plus tard, que ceux-ci avaient des fonctions cognitives davantage altérées, comparativement à celles évaluées chez les individus sans rétinopathie.

L’état de la microcirculation rétinienne apparaît donc comme un marqueur prédictif du déclin cognitif. Déjà utilisé pour détecter les effets secondaires de certaines pathologies, comme le diabète, l’examen du fond de l’œil, réalisé en routine, pourrait donc être un moyen de dépister et de prévenir l’apparition d’une maladie neurodégénérative.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Daily

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top