RTFlash

La dernière décennie est la plus chaude jamais enregistrée

La décennie qui vient de s'achever a été la plus chaude pour notre planète dans les annales, a indiqué la Nasa. 2009 a été la seconde année la plus chaude à la surface de la Terre depuis 1880, date à partir de laquelle les températures ont commencé à être mesurées et relevées scientifiquement. 2008 a été l'année la plus froide de la décennie en raison de la force du courant marin La Nina qui a refroidi la zone tropicale de l'océan Pacifique, mais le thermomètre est remonté à des niveaux quasi-record en 2009 avec la diminution de l'influence de La Nina, souligne le GISS (Goddard Institute for Space Studies) situé à New York (nord-est).

2005 reste l'année la plus chaude dans les annales, mais 2009 est juste derrière, quasiment ex-aequo avec un groupe d'autres années récentes pour le titre de seconde année plus chaude jamais enregistrée. Il s'agit de 1998, 2002, 2003, 2006 et 2007. «Il y a des variations importantes de températures terrestres d'une année sur l'autre provoquées par l'influence alternée des courants de l'océan Pacifique El Nino (chaud) et La Nina (froid)», explique James Hansen, le directeur du GISS. «Mais quand on fait la moyenne des températures sur cinq ou dix ans pour lisser ces fluctuations annuelles du thermomètre, on peut voir que le réchauffement planétaire se poursuit sans relâche», souligne-t-il.

En regardant l'évolution des températures depuis 1890, on constate une nette tendance au réchauffement à la surface du globe, et ce malgré un inversement des températures entre les décennies 1940 et 1970, indique le GISS. Au cours des 30 dernières années, cet institut a enregistré une hausse moyenne d'environ 0,2°C par décennie. Au total, les températures du globe ont grimpé de quelque 0,8°C depuis 1880.

«C'est un chiffre important à garder à l'esprit», souligne Gavin Schmidt, un climatologue du GISS, tout en soulignant que la différence de température entre la sixième et la seconde année les plus chaudes est insignifiante du fait de la marge d'incertitude. Le GISS se base pour ses analyses sur des relevés de températures provenant de trois sources. Il s'agit des données fournies par plus d'un millier de stations météorologiques situées tout autour de la Terre, des mesures de températures à la surface des océans effectuées par des satellites ainsi que des données venant des stations de recherche dans l'Antarctique.

NASA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

    back-to-top