RTFlash

Espace

CoRoT : le satellite aux 25 exoplanètes

5 ans après sa mise en orbite, le télescope spatial du CNES, n’en finit pas de surprendre par la qualité de ses observations. Le point avec Olivier La Marle, coordinateur des programmes d'astrophysique au CNES.

  • Des exoplanètes très diversifiées

Lancé le 26 décembre 2006, le télescope spatial du CNES affiche un joli palmarès après 5 années passées en orbite à 896 km d’altitude. Dans l’escarcelle fin novembre : 625 candidates exoplanètes détectées dont 25 confirmées depuis le sol à ce jour. Mais ce n’est pas tout, CoRoT a découvert la première planète très probablement de type « Terre » en dehors du Système Solaire : CoRoT-7b, confirmée en 2009.

Impossible d’en savoir plus pour le moment mais cette planète est très prometteuse d’autant qu’elle pourrait être accompagnée d’une deuxième planète rocheuse, 8 fois plus massive que la Terre : CoRoT-7c. « CoRoT a marqué son temps en étant la 1ere mission spatiale pour la recherche d’exoplanètes en transit, confie Olivier La Marle, coordinateur des programmes d'astrophysique au CNES. Les résultats obtenus sont beaucoup plus riches que prévu. »

En effet, CoRoT a mis en évidence une grande diversité d’exoplanètes avec des diamètres qui varient dans un rapport 10 et des densités dans un rapport 200.

  • De la vie extra-terrestre

Outre la détection d’exoplanètes, l’autre mission de CoRoT, l’observation de la vibration des étoiles, est également un succès : « Le satellite a détecté dans une autre étoile que le Soleil, un cycle d’activité magnétique comparable mais sur 120 jours au lieu de 11 ans, se réjouit Olivier La Marle. Il a aussi mesuré des oscillations identiques à celles du Soleil, dans les géantes rouges, ces étoiles en fin de vie qui enflent jusqu’à des dimensions pouvant atteindre la distance Terre-Soleil. »

La mission de CoRoT a été prolongée de 3 ans jusqu’en 2013. L’instrument et le satellite fonctionnent parfaitement bien avec encore de bonnes réserves de carburant. Côté américain, le télescope Kepler a récemment découvert une exoplanète dans la zone d’habitabilité de son étoile, à 600 années-lumière de la Terre.

L’ESA, quant à elle, pourrait lancer le télescope à champ très large, Plato, à l’horizon 2022. Autant de projets qui nous feront peut-être découvrir, un jour, une forme de vie extra-terrestre.

CNES

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

    back-to-top