RTFlash

Avenir

Le Blue-Dot, un petit robot aux grandes vertus pédagogiques

Trois Blue-Dot, nom de code donné à une nouvelle génération de petits robots aux desseins pédagogiques, ont fait leur apparition dans les quarante-trois écoles et RPI (regroupement pédagogique intercommunal) de la circonscription d'Arras, dans le Pas-de-Calais.

Ce sont les DDEN (délégués départementaux de l’Éducation nationale) qui en ont fait don à l’asssociation Lire et Connaître, basée à la médiathèque d’Avesnes-le-Comte, laquelle (moyennant une cotisation annuelle de 8 €) met déjà à disposition des enseignants du cru des ouvrages et outils pédagogiques (valisette théâtre, malle éducation morale et civique...). L’école primaire Camille-Corot de Duisans est la première à héberger un Blue-Dot.

Mais qu’est-ce qu’un Blue-Dot ? Il s’agit d’un petit robot en forme de (grosse) souris, qui avance, recule, tourne à droite ou à gauche. On peut programmer son cheminement directement sur les touches qui habillent sa carcasse en plastique, via une tablette de programmation dans laquelle on glisse des fiches, ou carrément sur son portable ou une tablette via une connexion bluetooth. Pour les élèves de cycle 1 (sur lesquels veille Florence Pruvost à Duisans), il permet ainsi d’aborder les principes de base de la programmation informatique (savoir coder ou décoder pour prévoir ou représenter des déplacements, connaître les principes de base des algorithmes simples, construire des figures géométriques..).

Blue-Dot est aussi et surtout un outil pédagogique transdisciplinaire, en ce qu’il a par exemple permis à Hervé Henoc, directeur de l’école et enseignant des CM1 et CM2 (cycle 2), de plonger ses élèves dans l’histoire de la robotique (des premiers automates esquissés par Léonard de Vinci au XVe siècle, à l’atterrisseur Philae qui s’est transporté à quelque 510 millions de kilomètres de la terre pour se poser sur une comète, en passant par le robot aspirateur).

Comme le souligne Étienne Lefèvre, qui accompagne les enseignants dans l’exploration de la discipline informatique, "C’est un outil collaboratif : les élèves travaillent en groupe, apprennent à se parler, à argumenter, à se respecter...". L’outil a par ailleurs été testé ailleurs sur des élèves de maternelle, et comme le rapporte Marie-Ange Rosa, conseillère d’éducation et coordinatrice de l’association Lire et Connaître, "les profs ont constaté que cela avait accéléré l’apprentissage de la latéralité (reconnaître sa droite de sa gauche) chez les petits".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

La Voix du Nord

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top