RTFlash

Air Liquide s’appuie sur le Big Data pour superviser ses usines

Air Liquide vient d'inaugurer à St-Priest près de Lyon son premier centre d’opération à distance. Ce centre permet le pilotage à distance de la production de 22 unités du groupe en France, afin de contrôler la production, d’optimiser leur consommation énergétique et de les fiabiliser grâce à de la maintenance préventive.

Derrière leurs écrans d’ordinateurs, les analystes du centre de contrôle à distance Air Liquide observent les données qui transitent dans leur système depuis les vingt-deux sites de production français. Sous leurs yeux, différents paramètres (azote, oxygène, etc.) s’affichent, permettant de contrôler et optimiser la production mais également mieux anticiper les pannes.

« L’objectif est de faire de la donnée un actif essentiel de notre industrie », commente Louis-François Richard, Directeur général d’Air Liquide France Industrie. Air Liquide supervise ainsi 22 usines de production en France pour répondre aux différentes demandes des clients. « Cela fait près de 15 ans que l’on stocke des données, ce qui représente un milliard de données par jour, au niveau mondial » précise Olivier Delabroy, en charge de la transformation numérique pour le groupe Air Liquide. Comment utiliser 15 ans de données pour optimiser la performance énergétique ? L’entreprise nous donne l’exemple d’une solution en cours de déploiement, en Espagne.

La technologie et les algorithmes développés en interne analysent les quinze années d’historique pour identifier si, à un moment, on a réussi à faire fonctionner cette même usine d’Espagne de façon optimale et avec le moins d’énergie. « Nous allons chercher le 0,1 % de gain d’énergie », commente Olivier Delabroy. « C’est un réel enjeu pour nous. » Des paramètres sont mis à disposition de l’opérateur pour qu’il puisse lui-même ajuster les ratios et optimiser un peu plus son usine.

Air Liquide s’est lancé il y a un an dans un projet d’usine du futur appelé « Connect ». Ce projet repose sur trois piliers : le centre national d’optimisation à distance de Saint-Priest, la diffusion des technologies digitales au sein des équipes et la transformation des métiers. « Les trois marqueurs de ce projet sont l’innovation ouverte en interne et en externe, une promesse technologique et humaine et un outil incroyable » commente Louis-François Richard. « Nous avons été novateurs dans ce projet. Il a été co-construit par des  opérateurs et start-up pour réaliser des applications répondant aux besoins et réalités du terrain. »

Nous avons eu la possibilité de découvrir quatre start-up qui participent à la digitalisation du groupe. Le DG d'Air Liquide précise quelles sont ces 4 start-up : AMA développe une solution basée sur des lunettes connectées permettant au porteur des lunettes de partager sa vision avec un expert distant pour de la télé-expertise et téléassistance en temps réel. Speachme propose des vidéos techniques et explicatives sur l’utilisation des machines. Imag’ing scanne les usines en 3D pour proposer des plans digitaux précis des lieux. WeDo Studios est spécialisée dans l’accompagnement des entreprises et dans la conception de services innovants. 

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Air Liquide

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top